Wally Seck à la Dic , Clash Pape Diouf, Vidéo de Niang Kharagne : Thiow li beuri Na !

Pape Diouf lead vocal de la génération consciente, waly Seck lead vocal des faramareen, et Niang kharagne lô pour ne citer que ceux là ont défrayé la chronique et l’ensemble des sites d’informations du pays, ce mercredi 9 janvier 2018.
Pour les deux premiers cités, un petit rappel de leurs différents s’impose pour mettre le débat dans son contexte. Le 25 / 12 / 2018 passé, lors du face à face Balla Gaye 2, chef de file de l’écurie “Double less” et de Modou lô chef de file l’écurie “Rock énergie”; les deux artistes, conviés à cet effet s’étaient livrerés a une sorte de guerre froide.
Pape Diouf durant sa prestation a invité Waly Seck sur scène pour chanter ensemble et ce dernier a refusé. Et il s’en est suivie une polémique jusqu’à ce mercredi 9 décembre où, dans un enregistrement attribué à Pape Diouf on l’entend proférer des insultes contre le prince des “faramaren”.
Dans la foulée de cet enregistrement l’intéressé même a effectué une sortie pour démentir les faits et en a profité pour lancer une pique a son rival, en disant que je ne contribue pas à pervertir les jeunes, ni à trafiquer des faux billets.
Pour rappel Waly Seck, fils de Thione Seck, était poursuivi pour des faits similaires, d’ailleurs même Waly seck a été entendu à la DIC (division des investigations criminels sur une affaire d’escroquerie avec Guin thieus un promoteur événementiel.
En ce qui concerne Niang Kharagne Lô, le Sénégal et les Sénégalais sont tombés des nues. Celui-ci a réussi la prouesse de se faire remarquer à deux reprises, et de la pire des manières.
D’abord la nuit du 8 au 9 ce dernier s’autorise une petite vidéo sur le réseau social Snapchat après un accident de la circulation alors qu’il était aux urgences et sa deuxième mésaventure dans la foulée est orchestrée par Kocc Barma le propriétaire du site a caractère pornographique du Sénégal. Niang Kharagne Lô est montré sur cette vidéo s’adonnant à une séance de masturbation avec une femme à travers son téléphone
A l’orée des joutes extrêmement cruciaux pour le Sénégal, on remarque que certaines influences ne sont point conscientes de leur statut, ni de leur rôle et moins de la place qu’elles occupent. Et d’autres à leur détriment sont tout simplement victime d’abord de leur manque de conscience et d’un guide pratique des réseaux sociaux ou de leurs smartphones. En somme notre SUNUGAL est en dérive et sans capitaine à bord.

Commentaires fermés.