La plainte de Serigne Bass Abdou Khadre…

Escroquerie : Serigne Bass Abdou Khadre porte plainte
Le nom du porte-parole du khalife des mourides, Serigne Bass Abdou Khadre, est mêlé à une affaire d’escroquerie. Selon Direct Info, qui donne l’information, un nommé Mamadou Soumaré s’est présenté comme son secrétaire particulier au consulat de France à Dakar.

Ce dernier, précise le journal, a scanné l’entête ainsi que la signature du marabout et réussi, grâce à cette supercherie, à obtenir plus d’une vingtaine de visas Schengen. Manque de chance pour lui, la représentation diplomatique contactera Serigne Bass pour en avoir le cœur net.

Ce dernier écarte toute implication dans cette affaire et porte plainte contre Soumaré. Qui sera arrêté chez lui à Touba pour faux et usage de faux, falsification de signatures. L’enquête révèle, selon Direct infos, que Soumaré est le cerveau d’une bande de faussaires.

Une histoire d’escroquerie aux visas, de faux et usage de faux, de falsification de signatures mêlant un faux Secrétaire particulier de Serigne Bassirou Mbacké Abdou risque de faire couler beaucoup d’encre à Touba. En effet, Mamadou Soumaré, réputé traînard dans la.cour du porte-parole du Khalife Général des Mourides est présentement entre les mains de la Division des Investigations Criminelles. Il a été, en effet, cueilli par les hommes du commissariat spécial de Touba avant d’être acheminé sur Dakar.

L’homme est victime d’une plainte déposée contre lui par le chef religieux qui s’est étonné d’apprendre que ce faux chambellan avait réussi à se taper plus d’une cinquantaine de visas au niveau de l’ambassade de France prétextant dérouler des commissions du chef religieux. Interpellé par l’ambassade sur la fréquence des demandes déposées, Serigne Bassirou Mbacké Abdou affichera son étonnement avant de souhaiter que cette affaire soit tirée au clair.

Muni d’un document visiblement authentique avec une signature tout aussi authentique de Serigne Bassirou Mbacké Abdou Khadre, Soumaré rasait les murs de l’ambassade. Une escroquerie qui dure depuis 2017. Aux dernières nouvelles, le Mbacké-Mbacké à laissé entendre qu’aucun complice ne sera épargné ou protégé. Affaire à suivre.