«Si j’étais terroriste… » Assane Diouf face au Doyen des juges

Inculpé pour injures publiques et trouble à l’ordre public par le biais d’un système informatique et outrage à un ministre du culte et diffamation, Assane Diouf, placé sous mandat de dépôt depuis décembre 2017, a été extrait, ce lundi, de sa cellule de Rebeuss et présenté au Doyen des juges, Samba Sall.

Il a été auditionné en présence de son avocat, Me El Hadji Diouf, et risque d’être renvoyé renvoyé devant le tribunal correctionnel pour jugement, après la clôture de l’instruction, puisque devant le magistrat-instructeur, il a reconnu la totalité des faits qui lui sont reprochés.

Devant le magistrat-instructeur, Assane Diouf n’a pas cherché à se dérober. Il a plutôt voulu s’expliquer sur les raisons qui le poussent à être virulent avec les tenants du pouvoir. Selon lui, les autorités Sénégalaises ont provoqué son rapatriement, puisqu’elles l’ont dénoncé à leur homologue américains, leur disant qu’il était un terroriste. «Je ne suis pas terroriste, si je l’étais, on m’aurait jugé comme l’imam Ndao», plaide-t-il.