« Black Panther », le film qui met à l’honneur Baba Maal et le tama

il ne serait pas exagéré de prétendre que Black Phanter est très sénégalais. La voix de Baba Maal retentit dans le film de façon nette, audible et authentique. Le son du tama sénégalais, qui ronchonne à quelques endroits, aussi. Cette ouverture vers le Sénégal rend crédible la trame.

Pour l’auteur de la musique du film, Ludwig Göransson, c’était une évidence. Il était important pour lui de puiser son inspiration dans les racines africaines. « J’ai fait un voyage de recherche d’un mois en Afrique, un de mes amis m’a mis en contact avec l’artiste Baba Maal et il nous a invités à venir avec lui », raconte Göransson