Manko: «La dictature rampante est devenue une dictature debout»

En point de presse ce samedi dans les locaux du Grand Parti de Malick Gakou, la coalition Mànko Wàatu Sénégal a fait le bilan des 5 ans de Macky Sall au pouvoir. Mamadou Lamine Diallo, coordonnateur du mouvement, a d’emblée soutenu que «Macky Sall a échoué».

Pour étayer ses propos, il soutient que «le chômage est endémique, l’extrême pauvreté persiste, l’insécurité est totale, nous ne nous entendons pas bien avec nos voisins».

Selon le coordonnateur de Maanko, face à «l’échec», le chef de l’Etat brandit l’arme de la répression. «Hier nos jeunes ont été réprimés à Thiès alors qu’ils dénonçaient la gouvernance chaotique. Macky Sall utilise la justice pour réprimer les opposants, les enfermer, pour les déshonorer, pour les salir», déplore-t-il.

«Aujourd’hui, la dictature rampante dont on parlait est devenue une dictature debout. Nous n’allons pas accepter un recul démocratique dans ce pays. Nous n’allons pas accepter une confiscation des libertés», jure le coordonnateur de Mànko Wàatu Sénégal.

Parlant de la préparation des élections législatives, il rappelle que «les conflits en Afrique sont le plus souvent issus de contentieux électoraux ». « Sur 15 millions de Sénégalais, 10 millions devraient avoir des cartes d’identité. Sept millions de Sénégalais devraient être inscrits sur les listes électorales. Si le président Macky Sall avait honoré son engagement de faire passer à 700 le nombre de commissions d’inscription, sans doute aujourd’hui le chiffre de 5 millions de Sénégalais inscrits serait dépassé. Des commissions sont fermées de manière prématurée. Cela n’est pas acceptable», prévient-il